coquelicots

                     Coquelicots     

Le champ tout clairsemé de pétales de sang

S’émeut au matin clair dans la rosée fugace ;

Ses charmes dévoilés, évanescence et grâce,

Se meuvent sous le vent aux soupirs caressants.

a

Et les coquelicots tout froissés et tremblants

Ondulent, se déploient et s’enlacent en cadence,

Pour l’aubade essoufflée accusant tant d’audace,

Captivant les passants par leur éclat sanglant.

a

Puis le temps s’impatiente et s’étiolent les fleurs,

Comme flétrissent aussi les désirs de ton cœur,

Quand bruisse l’herbe folle à l’aube des jours calmes.